top of page

Le champ morphique et ses lois

Le champ morphique et ses lois

Comment font les chevaux pour retrouver le chemin de leur écurie ? Pourquoi certains chevaux tapent-ils dans le camion du retour à l’approche de l’écurie et pourquoi leur voisin de box tape-t-il en même temps, au même moment ? Pourquoi les chevaux changent-ils d’attitude avec des personnes handicapées ou vulnérables ? Comment des chevaux ressentent-ils une maladie grave chez certaines personnes ? Pourquoi des chevaux vont-ils naturellement et de préférence vers des personnes proches du grand départ dans des services de soins palliatifs (nous pensons à Peyo et à d’autres chevaux qui agissent dans des établissements de soins médicaux) ? De manière plus élargie : Comment font les étourneaux pour virevolter dans le ciel par milliers, décrivant d’incroyables chorégraphies sans jamais se toucher les uns et les autres ? Comment font de même les sardines et d’autres bancs de poissons au fond des océans ? Comment les saumons retrouvent-ils leur chemin de leur lieu de naissance, parcourant des milliers de kilomètres dans les océans ? Comment font de même les tortues maritimes pour retrouver l’ile et la plage de leur lieu de ponte ? Comment les animaux migrateurs trouvent-ils leurs chemins par-delà les frontières terrestres et les mers ? Comment font les pigeons voyageurs pour retrouver leur pigeonnier, parcourant des centaines de kilomètres ? Comment font ces chiens qui signalent le retour de leur maître trente minutes avant son arrivée ? Qu’est-ce que l’intuition, cette information surgie de nulle part et qui conditionne nos décisions ? Ou est le siège de la mémoire, sachant que nous ne disposons pas d’espace de stockage d’informations dans notre corps ? De nombreux signes nous le confirment tout au long de notre vie. Certains sont visibles, d’autres sont plus discrets. Les animaux nous le montrent par leur organisation sociétale, par leurs modes de communication, par leurs capacités qui dépassent la rationalité. Ce n’est pas parce que nous ne voyons pas ou ne comprenons pas les choses qu’elles n’existent pas. Nous sommes tous unis par un champ d’information et d’énergie que l’on appelle le champ morphique. Le principe est acquis et accepté par le monde scientifique quand bien même on ne sait toujours pas l’expérimenter de manière mécaniste. En réalité, toutes nos pensées, nos paroles et nos actes viennent enrichir ce champ d’informations et d’énergie qui est en expansion constante, enrichi à chaque instant par les consciences individuelles et collectives de toutes les espèces humaines, animales, végétales et autres. Il se compose d’informations qui elles-mêmes sont accompagnées d’énergie. Dans le corps humain, la production des informations par les connexions neuronales par l’intermédiaire des synapses se fait par impulsions électriques. Chaque information est accompagnée d’énergie. Dans le corps, celle-ci se matérialise par des émotions. Car chaque pensée, chaque parole et chaque acte produit une émotion qui est toujours au moins un peu positive ou négative. Elles ne peuvent pas être neutres. Cette énergie est magnétique. Et tout le monde sait que le magnétisme répond à des lois de polarités qui attirent ou qui repoussent. En réalité, le champ morphique fonctionne de la même manière. C’est pour cela qu’Hermès Trismégiste disait : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. » Selon les principes de polarité, ce champ répond à des lois de convergence ou de répulsion. Elles sont au nombre de trois. La loi de causalité : elle n’engage que notre conscience individuelle. Nous semons des carottes … nous récoltons des carottes. Nous décidons d’acheter un petit pain et nous le trouvons à la boulangerie. C’est simple car cela ne créé aucune action influente auprès d’une autre conscience. La loi de compensation : elle engage d’autres consciences qui interagissent au prorata des principes de polarité. Une décision peut être bonne pour une personne mais peut avoir des répercussions négatives pour une autre qui est directement concernée. Nos sens communs et notre mental nous font ignorer ces aspects et nombreuses sont les personnes qui agissent en bonne conscience et qui créent des perturbations majeures chez autrui. Et les champs de force interagissent et font remonter les effets jusqu’à l’auteur de l’action première. Vous suivez ? On découvre ainsi que le principe du bien et du mal tel que nos consciences individuelles sont formatées, n’existe pas. Ce principe moral qui vient du principe judéo-chrétien est une manière simpliste qui explique les interactions d’informations et d’énergies qui agissent selon ces lois. On comprend ainsi qu’en envoyant des intentions négatives, elles arrivent à destination et reviennent tel un boomerang, mais renforcées par les consciences mutualistes qui auront été affectées. Pour ces raisons, en Afrique on dit : « Si quelqu’un te fait du mal, assied-toi au bord du marigot et attend, car tôt ou tard tu verras passer le cadavre de ton ennemi. » Cette loi de compensation est la plus importante et sa compréhension permet de comprendre la troisième loi : la loi d’attraction. Selon la vindicte populaire, il suffit de vouloir une chose et d’y croire pour que cela se réalise. C’est juste, mais à condition de connaître la loi de compensation. Vouloir une chose qui créé des altérations dans d’autres consciences humaines voire animales, ou pire encore, de la souffrance, et la loi d’attraction ne fonctionne pas. C’est aussi simple que cela. Les expériences de vie sont faites pour nous enseigner ces principes fondamentaux. Les animaux sont également reliés au champ morphique et interagissent de manière instinctive. Ils ne conceptualisent pas et le chemin reste ouvert en permanence, leur permettant d'établir de vrais systèmes de communication expliquant les exemples cités en début de réflexion. Les humains disposent également de ces facultés. Mais l'effervescence du mental augmenté de l'égo individuel créé un voile, un écran qui nous empêche de communiquer consciemment ou de tout simplement laisser passer les informations de manière intuitive et spontanée. On peut potentialiser l’interactivité entre notre temporalité et le champ morphique et ses lois, d’une part par la connaissance et d’autre part et surtout par la pratique et par l’expérimentation. Par pratique, j’entend une modification d’état de conscience par des exercices appropriés. On les appelle les exercices de Présence. Mais attention, la méditation qui permet de retourner vers le calme mental n’est que le début du chemin. La vérité se trouve dans le contrôle du mental et donc des émotions. Le ressenti obtenu durant une séance de méditation ne représente que l’échantillon de ce que nous devons créer au niveau de notre conscience, mais tout en exécutant nos activités quotidiennes. Ces exercices s’apparentent ainsi à un art martial qui permet d’apprendre à contrôler le mental dans l'action permanente. La conscience ne se modifie qu’à ces conditions. Tout le reste n’est que rêve et illusion, voie décontraction temporaire. Et en y associant les lois du champ morphique, on commence à comprendre le sens de la vie. Comprenne qui pourra ou qui voudra.


Francis Stuck




Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page